Messe du jour

  • Lecture du livre du prophète Jérémie

    En ces jours-là,
    pendant le siège de Jérusalem,
    les princes qui tenaient Jérémie en prison
        dirent au roi Sédécias :
    « Que cet homme soit mis à mort :
    en parlant comme il le fait,
    il démoralise tout ce qui reste de combattant dans la ville,
    et toute la population.
    Ce n’est pas le bonheur du peuple qu’il cherche,
    mais son malheur. »
        Le roi Sédécias répondit :
    « Il est entre vos mains,
    et le roi ne peut rien contre vous ! »
        Alors ils se saisirent de Jérémie
    et le jetèrent dans la citerne de Melkias, fils du roi,
    dans la cour de garde.
    On le descendit avec des cordes.
    Dans cette citerne il n’y avait pas d’eau, mais de la boue,
    et Jérémie enfonça dans la boue.
        Ébed-Mélek sortit de la maison du roi
    et vint lui dire :
        « Monseigneur le roi,
    ce que ces gens-là ont fait au prophète Jérémie,
    c’est mal !
    Ils l’ont jeté dans la citerne,
    il va y mourir de faim
    car on n’a plus de pain dans la ville ! »
        Alors le roi donna cet ordre à Ébed-Mélek l’Éthiopien :
    « Prends trente hommes avec toi,
    et fais remonter de la citerne le prophète Jérémie
    avant qu’il ne meure. »

        – Parole du Seigneur.

  • Refrain psalmique : (Ps 39, 14b)

    Seigneur, viens vite à mon secours !

    D’un grand espoir,
    j’espérais le Seigneur :
    il s’est penché vers moi
    pour entendre mon cri.

    Il m’a tiré de l’horreur du gouffre,
    de la vase et de la boue ;
    il m’a fait reprendre pied sur le roc,
    il a raffermi mes pas.

    Dans ma bouche il a mis un chant nouveau,
    une louange à notre Dieu.
    Beaucoup d’hommes verront, ils craindront,
    ils auront foi dans le Seigneur.

    Je suis pauvre et malheureux,
    mais le Seigneur pense à moi.
    Tu es mon secours, mon libérateur :
    mon Dieu, ne tarde pas !

  • Lecture de la lettre aux Hébreux

    Frères,
        nous qui sommes entourés d’une immense nuée de témoins,
    et débarrassés de tout ce qui nous alourdit
    – en particulier du péché qui nous entrave si bien –,
    courons avec endurance
    l’épreuve qui nous est proposée,
        les yeux fixés sur Jésus,
    qui est à l’origine et au terme de la foi.
    Renonçant à la joie qui lui était proposée,
    il a enduré la croix en méprisant la honte de ce supplice,
    et il siège à la droite du trône de Dieu.
        Méditez l’exemple
    de celui qui a enduré de la part des pécheurs une telle hostilité,
    et vous ne serez pas accablés par le découragement.
        Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang
    dans votre lutte contre le péché.

        – Parole du Seigneur.

Prières

Filtrer par titres      Affichage #  
# Libellé des prières
1 Traité de la Trinité XV, PL 62, 1098
2 Les Confessions, I, v, 5-6